Article paru dans le journal La Provence édition Aix – Pays d’Aix le 26 février 2017, présenté en Une avec le titre « COTEAUX D’AIX Les nouvelles ambitions du domaine Fredavelle »

article presse region journal la provence nouveau depart fredavelle vignoble eguilles coteaux aix

Retranscription de l’article

Coteaux d’aix : un nouveau départ pour Fredavelle

Le domaine d’Éguilles repense ses cuvées et construit son caveau de vente

Sous la photo de Cyril Sollier
Olivia Menigoz, la directrice et David Ravel, le vigneron : Fredavelle affiche désormais de nouvelles ambitions.

Fredavelle, c’est l’une de ces discrètes mais sûres adresses surtout connues des gens du cru. Longtemps, cette réputation locale a suffi à assurer la pérennité du domaine viticole d’Éguilles, créé en 1999 sur des terres familiales par David Ravel, associé à Frédéric Appenzeller. Mais au fil des années, Fredavelle s’est quelque peu endormi, peinant à sortir la tête de l’eau dans le vaste océan de l’AOP coteaux d’aix (près de quatre-vingts caves).

Mais un vent nouveau semble souffler du côté de la route de Pélissanne depuis quelques mois. Le domaine a ainsi vu l’arrivée d’une nouvelle directrice, Olivia Menigoz, qui avait fait ses premières armes du côté des côtes de provence. Avec elle, c’est le développement du réseau commercial que vise d’abord Fredavelle. « L’ambition, c’est de faire du bon dans la bouteille et du beau dans le contenant », résume la jeune femme. Nouvelles bouteilles, nouveau design dans les étiquettes, comptes actifs sur Facebook ou Instagram : il s’agit de redonner un petit coup de jeune au domaine. « On veut aussi développer notre commercialisation nationale et l’exportation de nos rosés (80 % de la production, Ndlr), notamment vers la Floride et le Benelux », poursuit Olivia Menigoz.

Le nouveau caveau : « Un investissement conséquent, mais un investissement vital »

Autre piste de progression, la vente directe au domaine, évidemment rémunératrice car se passant de tout intermédiaire entre le vigneron et son client. Problème, l’accueil du public se fait pour l’heure directement dans les chais de vinification, peu adaptés à cet usage et qu’on pourrait d’ailleurs croire fermés quand on les aperçoit depuis le CD 17. « C’est trop sommaire, reconnaît David Ravel, le vigneron. On a donc décidé d’offrir à nos visiteurs un cadre plus agréable, pour qu’ils aient envie de passer plus de temps à déguster nos vins. »

Un bâtiment dessiné par un architecte marseillais est donc en train de sortir de terre, juste à côté du hangar principal. Sa livraison est prévue pour le mois de juin. Et cette construction représente un gros effort financier pour le domaine, avec une facture de 300 000 € pour un chiffre d’affaires annuel d’environ 450 000 €… « C’est un investissement conséquent, mais c’est un investissement vital », considère David Ravel. »Il nous permettra aussi de lancer une partie accueil événementiel autour de nos vins »,complète Olivia Menigoz.

Des vins qui se déclinent en plusieurs cuvées, elles aussi repensées et simplifiées cette année : l’IGP se décline toujours dans les trois couleurs, mais côté AOP rosé, Fredavelle est passé de trois cuvées à deux (la domaine et L’Aromance). Avec un atout supplémentaire non négligeable dans la manche des Éguillens : une politique de prix raisonnable, comprise entre 5 € la bouteille pour l’IGP et 9 € pour L’Aromance.

Domaine Fredavelle, en bordure du CD 17 (route de Pélissanne) à Éguilles, 04 42 92 38 29, www.fredavelle.fr. Ouvert du lundi au samedi, de 9 h à midi et de 15 h à 18 h 30 (19 h l’été).

Guénaël Lemouee